en fr

June 5 2020

Le temps est venu d’agir pour la préservation du monde qui nous entoure

En cette période unique de confinement, les experts environnementaux ont fait le constat d’une pollution qui diminue en flèche, d’animaux qui reviennent dans leur habitat naturel, d’une nature plus luxuriante. Ces images ont eu un effet choc : celui de rappeler aux êtres humains qu’ils sont de plus en plus déconnectés de la nature et qu’il en résulte une dénaturation de l’écosystème général.

Il est temps de se souvenir que nous faisons partie des espèces de ce monde, au même titre que les autres. Malheureusement nous en sommes aussi la plus destructrice : toutes les espèces sont liées les unes aux autres, mais nous avons perdu la conscience de ce lien. En cette journée internationale de l’Environnement, prenons quelques minutes pour s’accorder une réflexion sur le sujet. 

 

EXPLOITATION ANIMALE: METTRE FIN À DES PRATIQUES BARBARES ET POLLUANTES

Selon un rapport de GreenPeace, 75% des terres agricoles étaient utilisées pour l’élevage de bétail en 2017. Ce chiffre alarmant signifie bien plus que le résultat d’une consommation abusive de viande par certaines populations – principalement des pays développés : il faut aussi y voir la dimension très polluante et destructrice de ce type d’élevage.

L’élevage bovin entraîne la production de méthane, gaz qui est 28 fois plus efficace que le dioxyde de carbone pour réchauffer la planète selon National Geographics. L’élevage est également une des industries qui produit le plus de gaz à effet de serre (voir le Rapport du GIEC de 2013), devant l’industrie du transport et l’industrie lourde et manufacturière. Ainsi, devenir végétarien à plus d’impact sur l’écologie que d’arrêter de prendre l’avion. L’élevage porcin quand à lui amène un autre problème : la quantité de fumier. Celui-ci est généralement stocké à même le sol, qui va absorber certains composants. Cela entraîne une stérilisation du sol ainsi qu’une contamination des nappes phréatiques et de la mer lorsque l’accès est proche. Enfin, il faut trouver le moyen de nourrir ce petit monde : surproduction de céréales, utilisation d’eau à outrance, sols sur-sollicités pour la culture, déforestation au profit des plantations; tout ceci fatigue la planète et de plus en plus d’écosystèmes deviennent stériles, la nature y a perdu ses droits. 

“La question fondamentale qu’il faut se poser, est-ce que nous avons commencé à réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à réduire l’utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l’érosion de la biodiversité ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à se mettre en situation d’arrêter l’artificialisation des sols ? La réponse est non.” Nicolas Hulot, France Inter, matinale du 28/08/2018, “Le 7-9, Le grand entretien”.

Les pandémies que nous connaissons viennent aussi de la pression que l’on exerce sur les environnement sauvages et de l’exploitation animale. Revoir notre modèle alimentaire – par le développement de l’altruisme – est l’une des réponses à ces crises. C’est peut-être aussi une solution pour limiter les infections massives à l’avenir.

 

AGIR ENSEMBLE AUJOURD’HUI POUR UN MONDE PLUS ALTRUISTE DEMAIN 

C’est contre la souffrance animale et contre l’altération de notre planète due à la sur consommation de viande que Matthieu Ricard s’est engagé depuis de nombreuses années maintenant : 

Avant même de considérer les questions morales, ceux qui aiment manger de la viande et sont prêts à se satisfaire du fait que l’on massacre des milliards d’animaux par an pour s’en nourrir, devraient se soucier, pour eux et leurs enfants, des conséquences de la surconsommation de viande et de son corollaire, l’élevage et la pêche industriels .Plaidoyer pour le animaux, Matthieu Ricard

La nature sauvage est précieuse, mais c’est quelque chose que nous négligeons au profit de l’appât du gain, de la rapidité ou de notre consommation excessive. Il est encore possible de trouver des paysages inchangés par l’être humain, mais pour combien de temps ? Combien d’espèces devront disparaître pour que la prise de conscience soit massive, jusqu’aux plus hautes sphères et entraîner une vraie réaction ?

Notre planète est déjà dans un état critique, et ce sont nos activités qui l’y ont amenées :

La transgression des limites de la résilience planétaire a fait entrer la biosphère dans une zone dangereuse. La perte de la biodiversité est particulièrement lourde.

 

À l’allure où vont les choses, jusqu’à 30 % de tous les mammifères, oiseaux et amphibiens sont menacés d’extinction avant la fin du XXI e siècle. Plaidoyer pour les animaux Matthieu Ricard

Nous vivons dans un monde profondément interdépendant et l’avenir des espèces animales qui peuplent notre planète, ainsi que notre avenir en tant qu’espèce, est menacé si nous n’initions aucun changement. Préserver notre environnement et les animaux, c’est faire preuve d’un altruisme pour tous.

Karuna-Shechen, dans ses valeurs et actions, soutient la préservation de l’environnement. Pour plus d’informations sur nos actions en Inde et au Népal, lisez ou relisez nos articles !

 

 

Retrouvez la pensée de Matthieu et ses engagements sur son site internet.

 


Dernières actualités

20 ans d’altruisme en action

November 26 2020

20 ans d’altruisme en action. 270 000 personnes aidées chaque année. Des dizaines de milliers de soutiens.  Karuna, c’est une famille de personnes unies et engagées depuis 20 ans pour ...

Altruisme en action au Bhoutan

November 20 2020

“L'une des composantes essentielles du bonheur tient en trois mots : altruisme, amour et compassion. Comment pourrait-on trouver le bonheur pour nous-mêmes, alors qu'autour de nous les êtres ne ...

La générosité mise en action

November 13 2020

Retour en images sur Action for Karuna et sa semaine de solidarité qui s’est tenue du 2 au 8 novembre. 65 équipes et porteurs de projet se sont mobilisés pour faire vivre l’altruisme et collect...

Aider plus et mieux : une nouvelle clinique dans le Jharkhand

November 5 2020

Le Jharkhand, la “Terre des forêts”, est un état du Nord-Est de l’Inde, né d’une séparation avec l’état voisin du Bihar en 2000. Cette région, si riche en nature et paysages, est pourt...

Techniciennes, mères et entrepreneuses : le nouveau visage des femmes au Népal

October 28 2020

« Karuna-Shechen brise les tabous sur ce que les femmes rurales peuvent ou ne peuvent pas accomplir, et fait ainsi évoluer les mentalités. Comme le souligne souvent le Dalaï Lama, nous avons plus ...

Voir toute l'actualité

Dons et prélèvement à la source : comme ça marche ?

Avec l’instauration du prélèvement à la source au 1er janvier 2019, qu’adviendra-t-il de la réduction d’impôt accordée aux personnes qui consentent des dons à notre association ? ? La ...