en fr

September 15 2016

Blog – Voyage à Déma (Chapitre 3)

Début 2016, Dominique Butet, auteur, et Olivier Adam, photographe, se sont envolés direction Bodhgaya, en Inde, pour visiter nos projets et documenter bénévolement nos actions. À travers les textes de Dominique et les images d’Olivier, partez à la découverte de Déma, l’un des villages qui bénéficient de notre soutien, mais aussi de ses habitants et de nos projets. Dans ce troisième chapitre, apprenez comment vos dons contribuent concrètement à améliorer le quotidien de centaines d’enfants en âge scolaire et préscolaire.

Chapitre 1 – Santé
Chapitre 2 – Gestion des ressources
Chapitre 3 – Éducation des enfants
Chapitre 4 – Autonomisation des femmes

Chapitre 3 : ÉDUCATION DES ENFANTS

A Dema, l’école implantée par le gouvernement indien ne faisait pas l’unanimité. Les villageois qui sont aussi des pères et des mères de famille attentifs ont su entendre le manque de motivation de leurs enfants, lié à l’absentéisme des enseignants ou simplement à leur manque de compétences. Ils ont alors sollicité Karuna-Shechen pour les aider à créer une école où les élèves étudieraient avec plaisir. C’était en 2014 et là encore, conformément au principe du SMBC (Un d’argent, de grands changements), les deux parties ont travaillé de concert, dans une belle énergie.

Beauti Kumari, professeur à Baboua School, Dema. Un autre ex de SMBC où les villageois ont fourni le lieu, l’ont remis en état tous ensemble et où Karuna a mis à disposition des professeurs et du matériel pour écrire ainsi que des manuels.

Tandis que le village de Dema a trouvé le lieu d’implantation des futures classes, nettoyé et reconstruit un bâtiment qui tombait en ruines, Karuna de son côté a recruté trois jeunes enseignants très motivés – un homme et deux femmes, âgés de dix-huit à vingt et un ans- et fourni tout le matériel nécessaire à l’ouverture de Baboua School : des tableaux, des craies, des cahiers, des crayons, des livres, bref tous ces ingrédients de base indispensables à l’école dont l’Etat indien néglige parfois de doter ses établissements ruraux.

Baboua School, Dema. Un autre ex de SMBC où les villageois ont fourni le lieu, l’ont remis en état tous ensemble et où Karuna a mis à disposition des professeurs et du matériel pour écrire ainsi que des manuels.

Désormais, Baboua School scolarise cent trente enfants –dont plus de soixante-dix filles !- qui se répartissent en trois classes et s’investissent pleinement dans leurs apprentissages, sous l’œil bienveillant de leurs professeurs. Les cours sont généralement dispensés de neuf heures à midi trente, et après la pause-déjeuner, les enfants peuvent rentrer chez eux.

Pramod Kumar, l’un des professeurs, a d’abord commencé par enseigner le yoga puis s’est porté volontaire auprès de Karuna-Shechen pour devenir professeur. Bien qu’il n’ait que dix-huit ans et ne soit pas encore diplômé, son implication est immense. En effet, chaque soir, de dix-huit à vingt heures, à la lumière du kit solaire installé sur le toit familial, Pramod poursuit sa mission éducative en recevant huit enfants du village qui viennent chercher chez cet enseignant émérite et généreux de l’aide pour leurs devoirs.

L’un des 3 enseignants recrutés par Karuna pour l’école de Dema (un autre ex de SMBC où les villageois ont fourni le lieu, l’ont remis en état tous ensemble et où Karuna a mis à disposition des professeurs et du matériel pour écrire ainsi que des manuels) s’appelle Pramod Kumar. Il a seulement 18 ans mais se montre extrêmement motivé. Depuis que le solaire est arrivé dans son village, sous la forme de petits kits fournis par Karuna à prix très intéressants en 2015, tous les soirs il reçoit chez lui une huitaine d’écoliers et leur fait faire faire leurs devoirs entre 18h00 et 20h00. C’est la mère de Pramod qui explique cela lors d’une séance de non formal education à laquelle nous assistons avec Shamsul. Elle en profite aussitôt pour lui demander l’installation de toilettes dans le village. Shamsul écoute et promet de demander l’avis des autres femmes. Si 20 à 30% de ces dernières sont prêtes à utiliser ces toilettes alors indiscutablement le projet se fera. C’est l’ancrage dans la réalité quotidienne qui fait des projets de Karuna une réussite sur le terrain.

Pramod Kumar chez lui /at his house

Karuna-Shechen apporte aussi son soutien au programme ICDS (Integrated Child Development Scheme), mis en place par le gouvernement indien pour la santé, la nutrition et l’éducation des enfants d’âge préscolaire. Afin de redynamiser cette initiative qui avait tendance à s’essouffler dans de nombreux villages, Karuna-Shechen l’a complètement réorganisée.

ICDS, Dema

Maternelle de village, Déma

À Dema, quarante enfants âgés de trois à six ans se retrouvent chaque jour entre dix heures et quatorze heures dans un espace réservé à cet usage, pour jouer et également bénéficier d’un bon repas. Karuna-Shechen a équipé ce centre d’une gamme variée de jeux éducatifs : jeux de construction, poupées, voitures, garages, puzzles, fermes miniatures avec des animaux… de quoi développer la motricité et la logique, stimuler l’observation et l’imagination des petits et leur apprendre, en jouant, à vivre ensemble. Au-delà de l’achat d’équipement pédagogique, Karuna a aussi recruté une enseignante additionnelle, Beauti Kumari, vingt et un ans, qui assure avec entrain l’animation de ces matinées auprès des enfants, venant ainsi prêter main forte aux deux enseignantes déjà en fonction.

ICDS, Dema, professeur Beauti Kumari

Beauti Kumari

Karuna-Shechen a repris quatre structures de ce type en 2014 ; en février 2016 on en comptait vingt, avec l’intention de doubler ce nombre d’ici à la fin de l’année. Cette évolution phénoménale reflète toute la volonté et l’énergie de l’association quand elle a foi en une idée. A la question de la nécessité de la formation — initiale ou continue— des enseignants, Shamsul a la réponse qui fuse et l’œil qui pétille en la délivrant : « indispensable et à développer encore et encore !» Pas le temps de finir sa phrase qu’il nous invite à visiter le centre de formation professionnelle de Karuna installé à Bodhgaya.

Nous y retrouvons les trois enseignants de Baboua School qui participent, en compagnie de dix autres professeurs et d’Arvin, responsable de la section « éducation », à un atelier musique et danse dirigé par Lucas Dols, un artiste néerlandais passionné de voyages et d’échanges interculturels. En quelques heures, Lucas s’applique à transmettre, en n’oubliant jamais d’en préciser les objectifs pédagogiques, une multitude de petits jeux où s’expriment à la fois la voix, le corps et la musique.

Lire la suite : Chapitre 4


Dernières actualités

[Un jour dans la peau] d’un coordinateur de programme au Népal

July 7 2020

Rajnandan Yadav est coordinateur des programmes de santé de Karuna-Shechen au Népal depuis 2014. Aujourd’hui, il nous parle de ses activités et de la façon dont la crise du #COVID19 affecte son ...

#UrgenceCovid : Aidons-les, faisons la différence !

June 18 2020

En Inde et au Népal, la situation liée au Coronavirus est très difficile pour les populations les plus défavorisées. Karuna-Shechen déploie une réponse d’urgence afin d’apporter une aide a...

Le temps est venu d’agir pour la préservation du monde qui nous entoure

June 5 2020

En cette période unique de confinement, les experts environnementaux ont fait le constat d’une pollution qui diminue en flèche, d’animaux qui reviennent dans leur habitat naturel, d’une nature...

Changer les règles de la société : quand menstruations riment encore avec tabou

May 28 2020

En cette journée internationale de l’hygiène menstruelle, Karuna-Shechen réaffirme son engagement envers les femmes en Inde et au Népal pour qu’elles aient accès à une vie meilleure. Le cyc...

Journée mondiale de la biodiversité – Tous ensemble face à l’urgence !

May 22 2020

Protéger la biodiversité, c’est privilégier l’altruisme à l'égoïsme La diversité des espèces vivantes présentes sur Terre est fascinante. Nous en apprécions sa beauté et, depuis les d...

Voir toute l'actualité

Dons et prélèvement à la source : comme ça marche ?

Avec l’instauration du prélèvement à la source au 1er janvier 2019, qu’adviendra-t-il de la réduction d’impôt accordée aux personnes qui consentent des dons à notre association ? ? La ...