en fr

September 19 2016

Blog : Voyage à Déma (Chapitre 4)

Début 2016, Dominique Butet, auteur, et Olivier Adam, photographe, se sont envolés direction Bodhgaya, en Inde, pour visiter nos projets et documenter bénévolement nos actions. À travers les textes de Dominique et les images d’Olivier, partez à la découverte de Déma, l’un des villages qui bénéficient de notre soutien, mais aussi de ses habitants et de nos projets. Dans ce dernier volet, apprenez comment nous offrons aux villageoises un accès à la formation et à des cours d’alphabétisation.

Chapitre 1 – Santé
Chapitre 2 – Gestion des ressources
Chapitre 3 – Éducation des enfants
Chapitre 4 – Autonomisation des femmes

Chapitre 4 : AUTONOMISATION DES FEMMES

Il est un projet éducatif qui nous a particulièrement touchés, sans doute parce que la condition féminine est l’une des grandes questions inhérentes à notre siècle : il s’agit de l’éducation non formelle des femmes, c’est à dire celle dispensée hors du système scolaire.

Chaque jour, de midi à quatorze heures, environ quinze volontaires retrouvent leur professeur, Manju Sharma Kumari, pour assimiler les bases de l’écriture et pouvoir écrire leur nom, apprendre l’alphabet et commencer  à lire ou alors effectuer des calculs simples afin de gérer l’économie familiale. Ainsi, depuis 2013, trente femmes de Dema ont pu bénéficier de ces réunions du midi. Trois d’entre elles peuvent dorénavant lire le journal et se livrent avec une certaine fierté à cet exercice en notre présence et devant l’assemblée qui s’est réunie pour l’occasion.

Mère de Pramod Kumar professeur à Baboua School, Dema.

L’expérience a pour origine une remarque faite par Karuna-Shechen aux villageois de Dema sur le fait que les femmes ne signaient jamais de leur nom les documents administratifs mais y apposaient simplement leur empreinte digitale. Le programme d’éducation non formelle était lancé !

Lolita Devi en faisait partie et en trois ans, elle a appris à lire le journal. Elle se dit intéressée par la politique et est heureuse de pouvoir ainsi, par la lecture, alimenter divers sujets de discussion avec ses pairs. Grâce à Karuna-Shechen, elle a aussi pu bénéficier d’une formation sur la fabrication de bougies et celle de bracelets. Elle attend que le système de commercialisation de ces produits auquel cogitent ardemment Shamsul et son équipe fasse ses preuves et elle pourra ensuite se lancer dans ces activités, pour le plus grand bien de ses trois enfants, âgés de un à huit ans.

Sarita Devi apprend à lire le journal en compagnie de Lolita Devi (à gauche) et de Kiran Devi (à droite)

Sarita Devi apprend à lire le journal en compagnie de Lolita Devi (à gauche) et de Kiran Devi (à droite)

Pas de doute, non seulement ces femmes apprennent les bases de l’instruction élémentaire et sont fières de pouvoir enfin signer de leur vrai nom, mais surtout elles ont davantage confiance en elles et prennent de plus en plus leur place dans la communauté. La reconnaissance de leur rôle dans la société s’en trouve accrue, ce qui n’est pas sans ravir notre hôte et directeur de Karuna-Shechen en Inde, Shamsul.

Les personnes présentes ce jour-là profitent alors de sa visite à Dema pour prendre la parole et oser formuler quelques requêtes bien ancrées dans la réalité : cela va d’un simple besoin de formation dans le domaine de la couture à celui — plus basique — de la construction de toilettes dans le village. C’est une dame âgée vêtue d’un sari bleu lavande qui explicite cette demande avec une certaine assurance. Shamsul écoute, réagit, propose de consulter les femmes du village à ce sujet et promet : si vingt ou trente d’entre elles s’engagent à utiliser ces toilettes publiques, alors Karuna s’arrangera pour trouver des fonds pour cette construction.

Notre Directeur en Inde en pleine discussion avec des villageoises / Our India director talking to villagers

Il faut savoir que très peu de maisons sont équipées de toilettes dans le Bihar rural et que l’Etat tarde à en bâtir des publiques. L’objectif de Karuna-Shechen dans ces actions ciblées est aussi de faire évoluer les habitudes sociales pour plus d’hygiène, de confort et de sécurité. Et il n’existe pas dans ce domaine de meilleur ambassadeur que les femmes ! Shamsul en est bien conscient.

De retour à Bodhgaya, encore ahuris par l’étendue des projets en cascade observés à Dema, totalement sous le charme mais quand même un peu épuisés, nous regagnons notre hôtel en tuk-tuk, ce fameux tricycle motorisé qui fait office de taxi dans l’Asie entière. Durant la course, nous remarquons que notre chauffeur suscite une attention particulière parmi les autres conducteurs car ils se retournent tous sur son passage. Vous l’avez deviné, c’est parce qu’il s’agit… d’une femme ! A l’arrivée, nous apprenons qu’elle a été formée à cet inattendu métier, comme sept autres de ses congénères, par Karuna, dans le souci une fois encore de promouvoir l’autonomie féminine. A l’annonce de cette ultime et incroyable réalisation, nous éclatons de rire, totalement conquis.

Rickshaw

Nous emportons de ce voyage une sensation de densité et d’énergie incroyable mise au service de chaque action soutenue par Karuna-Shechen, doublée d’un mode opératoire qui respecte profondément les fonctionnements locaux, les questionne et les fait évoluer en douceur pour un partenariat efficace, en phase avec les réalités du terrain. Et le sourire d’un homme au contact chaleureux, merci Shamsul Akhtar. Merci également aux coordinateurs de projets Abhivaj, Akash, Arvind, Daniel, Mithlesh, Niraj, Rakesh, Ratna et Satyenda qui nous ont si gentiment accompagnés sur le terrain.

Puissions-nous, comme eux, répondre à cette invitation de Matthieu Ricard —  « Il suffit d’être humain pour vouloir aider Karuna. Il n’est pas nécessaire de se dire bouddhiste pour soulager un peu de souffrance » — et tout simplement nous mettre en action.


Dernières actualités

Soutenir le Népal pour l’avenir

April 24 2019

Quand deux importants séismes ont ravagé le Népal en avril et mai 2015, l’équipe de Karuna-Shechen a travaillé sans relâche pour aider les victimes. Cela faisait déjà 15 ans que nous œuvrio...

Quatre ans après les tremblements de terre : une reconstruction difficile du Népal

April 24 2019

Les 28 avril et 12 mai 2015, deux séismes majeurs ont frappé le Népal, faisant plus de 8 000 morts et 22 000 blessés, et détruisant ou endommageant gravement de nombreuses infrastructures et de n...

L’impact de Karuna-Shechen : nos efforts depuis les tremblements de terre

April 24 2019

Lorsque deux importants tremblements de terre ont frappé le Népal en avril et mai 2015, Karuna-Shechen avait déjà une longue expérience dans les activités humanitaires dans la région et travail...

“Notre vie a changé” : témoignages de nos bénéficiaires

April 24 2019

Après les deux séismes d’avril et mai 2015, beaucoup de communautés népalaises se sont vues exclues des programmes d’aide humanitaire et de développement en raison de leur isolement et/ou fai...

Renforcer et se préparer pour l’avenir

April 19 2019

Quatre ans après les deux séismes majeurs qui ont frappé le Népal, Karuna-Shechen continue de travailler sans relâche dans les zones touchées pour réparer les dégâts et renforcer la résilien...

Voir toute l'actualité

Dons et prélèvement à la source : comme ça marche ?

Avec l’instauration du prélèvement à la source au 1er janvier 2019, qu’adviendra-t-il de la réduction d’impôt accordée aux personnes qui consentent des dons à notre association ? 🎥 ...

Abonnez-vous à notre newsletter